BIENVENUE

Bonjour et bienvenue !

Je suis réunionnaise d’origine et je suis maître praticienne en Reiki Usui Traditionnel et Tibétain, de la lignée de Mikao Usui. J’ai été initiée à l’Île de La Réunion, «île intense» sur laquelle j’ai grandi, et où l’énergie offerte par la terre est incroyablement puissante.

Je suis passionnée par l’étude des sens, par la musique et par tout ce qui se réfère à l’énergie, aux champs magnétiques, à la science. J’ai une formation d’ingénieure en agro-alimentaire, de dégustatrice de café, en génie biologique. Je suis actuellement une formation en sonothérapie, en médecine chinoise, et en shiatsu. Voilà pour les formalités.

Le travail qui me procure la plus grande joie est d’aider les femmes à récupérer leur pouvoir inné d’aimer, de ressentir, d’exprimer et de partager leurs dons avec le monde. Au plus profond de mon cœur, je pense que nous avons le droit, en tant qu’êtres féminins, d’aimer grand, de nous sentir grandes, incroyables, belles et d’exprimer cela comme un cadeau au monde. Un cadeau qui a le pouvoir d’éveiller l’humanité, de réécrire des récits de douleur, de pacifier nos rapports avec le sexe masculin, de recréer l’entraide féminine comme le faisaient nos ancêtres. C’est ce en quoi je crois. Je crois qu’on nous a souvent dit et fait comprendre qu’il n’était pas normal de ressentir tous nos sentiments en public, en privé, de les partager, d’être dans notre corps, d’aimer notre corps, de désirer l’amour, de danser, d’exprimer notre rage, de pleurer, de crier, et de permettre à notre pouvoir sexuel et sensuel d’être un cadeau qui réveille le monde, parce que c’en est un !

Depuis que je suis jeune fille, je savais que c’était à moi de revendiquer mon pouvoir, ma sagesse innée, ma nature mystique, ma sensualité et mon désir de donner et de recevoir de l’amour. Mais j’ai ressenti beaucoup de tabou dès mon plus jeune âge. Est-ce que ça m’a arrêté? Oui, parfois. J’ai beaucoup douté en regardant les différents modèles féminins de ma culture, bien que celle-ci soit magnifique, mais je suis descendante d’un peuple d’esclaves, et je sais au fond de moi que cela a forcément eu un impact sur la conception de la femme dans mon inconscient et ma mémoire cellulaire. Cela a empiré pendant mon adolescence avec les médias, puis les réseaux sociaux.Je ne me retrouvais nulle part dans ce que je voyais ou j’expérimentais. Mais inévitablement, année après année, plus je réprimais cette lumière que je sentais en moi, plus elle voulait éclater et s’exprimer… Je me suis battue à l’intérieur et à l’extérieur pendant des années. Jusqu’au jour où j’ai décidé de me rendre et où le Reiki a croisé mon chemin. Cela a été comme un retour à la vérité inévitable. J’ai enfin pu sentir l’énergie créatrice circuler de nouveau en moi, énergie qui a été renforcée avec les nombreuses rencontres et expériences spirituelles avec des femmes exceptionnelles, qui m’ont aidé à renforcer mon processus de libération et de guérison. A ce stade de notre évolution et de l’histoire, croyez-moi, nous avons toutes quelque chose à guérir !

Ce processus de transformation a été un voyage hors du commun et il se poursuit tous les jours. Comme toute chose, il existe une polarité pour tout ce que l’on vit, et même si être une femme ancrée, heureuse dans son incarnation et radieuse dans ce monde n’est pas toujours facile, l’exercice en vaut vraiment la peine. Et c’est un médicament pour la planète. Je travaille avec des femmes pour retrouver leur corps, leur cœur féminin, apprendre à se rendre, à rétablir le lien avec le féminin divin qui se trouve en elles et à permettre à leurs sentiments et à leur cœur d’être un cadeau pour le monde.

Le Reiki a été un tremplin et continue d’être pour moi une ressource inépuisable, afin de prendre conscience de notre place et de notre responsabilité à tous, au milieu des autres, et dans l’Univers. Je prends cette pratique très au sérieux et c’est avec beaucoup d’humilité que je serais ravie de vous rencontrer pour vous partager cette passion.

Tout praticien accueille avec amour toutes les personnes qui viennent en réalité s’aider elles-mêmes.

Doris Volnay